Le cube intelligent Giiker en bluetooth !

Encore une fois Xiaomi nous enchante avec un puzzle, un jeu adapté à tous les âges qui ressemble un cube de Rubik mais en réalité c’est beaucoup plusGiiKER Super Cube se compose de 300 pièces ,un algorithme pour reconnaître automatiquement l’état du cube à utiliser avec l’application.

GiiKER Super Cube i3 (dimensions de 56,3 x 56,3 x 56,3 mm) est fabriqué par Foshan Jike Innovation Technology Co. Ltd. compatible avec les systèmes Android de la version 4.4 et avec les systèmes iOS grâce à une application dédiée qui va révolutionner le concept standard du cube de Rubik. En fait le puissant algorithme capable de communiquer avec le cube Xiaomi offre la possibilité d’interagir avec des tutoriels et de nouveaux défis, via le Bluetooth 4.1 LE intégré dans le jeu intelligent.

Le logiciel fourni avec GiiKER Super Cube nous offre exercices interactifs cela nous permettra de comprendre la logique mathématique derrière le cube de Rubik, et ainsi jouer le cerveau est capable d’apprendre les combinaisons complexes offertes par le jeu.

Entraînement quotidien nous serons en mesure de compléter la résolution du puzzle en seulement quelques secondes  (vitesse variable en fonction de nos compétences manuelles). Mais en plus de suivre les tutoriels fournis par l’application, cela est également en mesure de détecter en temps réel les mouvements que nous faisons redonner un retour positif ou négatif en fonction de l’action entreprise.

Mais en plus de ce GiiKER Super Cube peut être utilisé non seulement comme un cube Rubik 2.0 mais aussi comme un nouveau puzzle grâce aux défis que l’application nous offre, même en défiant nos amis. Tous les progrès seront mémorisés pour consultation ultérieure.

GiiKER Super Cube il est rechargé via une prise USB commune et compte tenu 1 heure de jeu par jour nous permet un autonomie jusqu’à 30 jours, alors qu’en mode veille, nous arrivons aux 3 mois. Eh bien, et si vous êtes vraiment fatigué, vous pouvez toujours l’utiliser comme un bel ornement technologique.

GoCube, un Rubik’s Cube connecté

Jouet toujours extrêmement populaire, le Rubik’s Cube est proposé dans une version ultra-moderne et connectée par Particula, une jeune entreprise israélienne.

Le Rubik’s Cube est, depuis son invention en 1974, devenu le casse-tête par excellence, mais aussi et surtout l’un des jouets les plus célèbres du monde. On a plus ou moins toutes et tous eu au moins une fois un exemplaire du cube en trois dimensions entre les mains. 350 millions d’entre eux ont été vendus dans le monde ces 40 dernières années.

Et pour lui donner une nouvelle fraîcheur et le placer dans l’air du temps, la start-up Particula a décidé d’en présenter une version high-tech qui pourrait bien vous séduire.

Rubik’s Cube en main, défiez vos amis où qu’ils se trouvent


Le Rubik’s Cube de Particula reprend ce qui a fait le succès du casse-tête : la même forme évidemment, avec les six côtés divisés en neuf carrés plus petits. Mais la firme israélienne lui donne son propre nom : le « GoCube ». Autant s’y habituer.

Autres nouveautés et pas des moindres, le cube est directement relié à une application mobile qui vous indiquera la vitesse à laquelle vous pouvez résoudre le casse-tête. L’interactivité est poussée jusqu’à vous permettre de défier vos amis dans un mode multijoueur ou de mettre en place des compétitions individuelles.

Et ce n’est pas tout, puisque Particula tient à s’adresser à des joueurs de niveaux opposés : débutants et habitués. Si vous êtes des premiers cités, l’application vous propose des tutoriels qui vous guideront dans la résolution de ce casse-tête hongrois. A l’aide de votre mobile, vous pouvez aussi accomplir tout un tas de missions pour découvrir ou redécouvrir le Rubik’s Cube.

Lancé sur une plateforme de financement participatif, le GoCube a recueilli plus de 800 000 dollars (l’objectif initial était de… 25 000). Erno Rubik peut être tranquille : son cube a encore de belles heures devant lui.

Source : www.clubic.com

le Rubik’s Cube qui se résout tout seul

Un japonais a confectionné un Rubik’s Cube équipé de moteurs capables de tourner automatiquement ses faces.

Le casse-tête le plus célèbre au monde (qui date de 1974) peut désormais se résoudre tout seul. Si cela renie de fait complétement sa nature, la performance technique est toutefois à souligner.

Le chercheur, identifié sous le pseudo Human Controller sur sa page YouTube, avait déjà effectué une première tentative en 2017 avec une version extra large qui prenait plus d’une minute pour se résoudre. Cette fois, il s’agit d’un cube à l’échelle qui parvient à aligner ses faces de couleurs unies en 30 secondes, avec toutefois une intervention humaine pour éviter la chute, comme vous pourrez le voir dans la vidéo ci-dessous.

Un travail de miniaturisation (que vous pouvez admirer ici) a été réalisé par arriver au résultat. Mais l’être humain reste pour l’instant plus fort que le robot dans ce domaine car le record de résolution du cube est tenu par l’australien Feliks Zemdegs qui parvient à l’aligner comme il se doit en 4,22 secondes.

Source : http://geeko.lesoir.be/

 

Le Rubik’s cube avec l’impression 3D

Chaque année, l’Extreme Redesign Challenge fait appel aux ingénieurs, artistes et entrepreneurs de demain pour concevoir un futur meilleur. Il s’agit d’un test visant à déterminer qui pourra présenter le design le plus créatif, mécaniquement correct et réalisable à l’aide de l’impression 3D. Sept gagnants ont été sélectionnés et ont reçu des bourses d’études en récompense de leurs efforts.

Paul Sperling est un étudiant en deuxième année au Newberg High School à Newberg, dans l’Oregon. Il s’est inscrit à l’Extreme Redesign Challenge, dans la catégorie Ingénierie : enseignement secondaire, avec son Circular Centerpiece 3 x 3. Sa création témoigne de son engagement en faveur du speedcubing, un jeu qui réunit des compétiteurs dans le monde entier. La conception de Paul profiterait aux joueurs de la catégorie 3 x 3, en éliminant divers facteurs considérés comme réducteurs de la vitesse.

« Dans un Rubik’s cube normal, il y a cette interface entre la vis et le ressort qui doit tourner, et de temps en temps, le ressort se trouve coincé dans la vis. Il faut le bouger, puis le ramener en arrière. Ce qui produit ce son gênant lorsque vous opérez », a expliqué Paul. Cette conception comporte une pièce centrale circulaire qui résout ce problème tout simplement en détachant la pièce centrale depuis la face. La pièce centrale n’est qu’un profil en rotation, ce qui permet à la face de tourner autour d’elle. Le noyau comporte des broches de telle sorte que la pièce centrale et le noyau ne tournent pas les uns dans les autres, tout en laissant le centre glisser un peu.

Par ailleurs, l’utilisation de PolyJet pour imprimer le cube redessiné permettrait d’éliminer un autre désagrément mineur en apparence. « Ce sont des cubes sans autocollant. Ils sont agréables à utiliser. Vous ne vous prenez jamais un ongle dans un autocollant lors d’une compétition. Comme la conception du cube est relativement complexe, il serait difficile de l’imprimer sans support soluble. Et PolyJet est l’unique solution à cela. » Quelle que soit la plateforme technologique sur laquelle le design final est imprimé, la vision de Paul apportera un avantage concurrentiel aux fans du Rubik’s cube qui l’adopteront.

Source : http://blog.stratasys.com